Savez vous ce qu'est un miel bio?


Miel bio des Pyrénées - La fabrication d'un miel pur et vivant
Miel brut de qualité biologique 

Le miel de qualité biologique ;  des propriétés préservées 

En butinant d’une fleur à l’autre, pour recueillir le précieux nectar, les abeilles permettent la fécondation végétale, c'est-à-dire la rencontre des pollens et des pistils. 

Les fleurs ont besoin des abeilles autant que les abeilles ont besoin des fleurs : elles vivent en symbiose depuis 100 000 ans.

C’est dans la pénombre de la ruche que les abeilles transforment le nectar en miel. Cette transmutation est le fruit d’une alchimie subtile qui s’opère sous l’action d’enzymes que les abeilles sécrètent et mêlent petit à petit au nectar qui n’est pourtant guère plus, au moment de sa collecte, qu’une eau sucrée. 

Tout au long de ce processus, ce nectar est l’objet d’une multitude de manipulations par les ouvrières de la ruche. A son aboutissement, lorsque le nectar est devenu miel, il est déposé dans des alvéoles que les abeilles obstruent d’une mince couche de cire. Le miel est alors mûr : riche de toutes ses vertus et ses saveurs. 

De part le procédé complexe qui a permis son élaboration, le miel possède une activité enzymatique. C’est un aliment vivant.  Il est d’une richesse aussi extraordinaire que fragile. 

Pour que soient préservées toutes ses qualités et ses propriétés, il doit être l’objet de toutes les attentions, de patience et de douceur depuis l’élevage des colonies jusqu’à sa dégustation, en passant par les étapes de la récolte, de l’extraction, de la maturation et de la mise en pot. 


Miel BIO BRUT
 Crus & terroirs des Pyrénées Sauvages 

Miel BIO non chauffé non pasteurisé tilleul
Miel BIO Brut de France

Miel BIO : vrai ou faux ? 

Une idée reçue veut que tout miel soit, par essence, biologique puisque l'abeille serait un "filtre naturel" qui, ayant ingéré un nectar ou un pollen toxique, mourrait immédiatement, ne pouvant ainsi le ramener à la ruche. 

Cela est Faux!   

Si les fragiles abeilles sont est un indicateur précieux de l'état de l'environnement, elles ne sont pour autant pas un filtre naturel. 

Pour preuve, les molécules chimiques présentes dans l'environnement des colonies et collectées via le nectar et le pollen par les abeilles se retrouvent irrémédiablement stockés dans la ruche. Cela explique, par exemple, qu'une colonie ayant collecté du pollen sans s'en être nourri immédiatement, meure au cours de l'hiver, au moment où elle consomme sa réserve. Il n'est pas rare que des analyses effectuées sur des ruches ayant succombé à une intoxication, démontrent la présence d'infimes quantités de multiples résidus chimiques . Ces molécules toxiques, au contact les unes des autres, agissent en synergie et produisent un "effet cocktail" souvent fatal aux colonies qui y sont exposées. Ces produits chimiques et leurs effets se retrouvent dans le miel que nous consommons.

Autre source de pollution: les traitements chimiques utilisés dans les ruches en apiculture conventionnelle. Ces molécules se fixent dans les cires et finissent par imprégner les miels et pollens stockés dans les alvéoles. On les retrouve également dans le miel de consommation. En apiculture biologique, seuls des principes actifs d'origine naturelle peuvent être utilisés. Les miels de consommation en sont indemnes.


Une autre idée reçue voudrait qu'aucun miel ne puisse être BIO, puisque l'apiculteur ne contrôle pas les sources de nectars que butinent les abeilles.

Faux encore!

La charte pour l'apiculture biologique exige que nos ruchers soient positionnés dans des zones exemptes de pollution (grandes cultures conventionnelles, autoroutes...), dans un rayon d'au moins 3 km (distance que peuvent parcourir les abeilles pour collecter des ressources).

Il est donc important, si l'on veut se prémunir de la consommation de résidus chimiques, de choisir un miel de qualité biologique!

Ma production de miel biologique : un miel brut, non chauffé et non pasteurisé 

Nous le savons tous, la pollution est présente partout et même dans les endroits que nous imaginons vierges, comme la haute montagne; dernier sanctuaire pourtant dans l'imaginaire collectif, d'une nature préservée. Aussi, quiconque prétendrait que son miel est absolument indemne de toute substance indésirable serait malhonnète. 

La démarche Biologique est, plus qu'une obligation de résultats, une obligation de moyens. Je mets tout en oeuvre pour que mes abeilles évoluent dans un environnement sain et que les miels que je vous propose soient aussi purs que possible . 

Je prélève exclusivement la part de miel qui ne manquera pas au bien être des abeilles : une récolte n’est donc possible que si le miel est abondant. Pour cela, il faut certes que les miellées soient favorables, mais surtout en amont, que j'ai veillé au développement harmonieux des colonies. 

Mes méthodes de récolte sont entièrement naturelles, et non stressantes pour les abeilles. Mes miels sont récoltés à maturité 

En miellerie, je travaille artisanalement : mes miels ne subissent aucune manipulation susceptible d'affecter leurs saveurs et leurs vertus. Non chauffés et non pasteurisés, ils sont natures, pleinement riches et vivants! 

Mais le miel et les autres produits de la ruche ne sont que l'aboutissement d'un long travail qui commence par l'attention et le soin que je porte aux abeilles. 

La démarche BIO, telle que je la conçois au delà du cahier des charges pour l'apiculture biologique, devrait respecter avant tout la nature des abeilles.  C'est dans cet état d'esprit que je travaille auprès d'elles; en privilégiant avant tout leur bien être aux objectifs de rentabilité. 

Ma production est donc confidentielle. Elle s'adresse à des personnes en recherche de miels de qualité supérieure.