Pourquoi je ne produis pas (et ne consomme pas) de Gelée Royale?!      
          

Accueil du site 


Pas une semaine ne passe sans que l’on me demande si je produis de la Gelée Royale.  La réponse est non, pour des raisons qui, lorsque je les explique, surprennent souvent!

En effet, nous sommes de plus en plus nombreux à faire le choix d’une consommation éthique,  qui prenne en compte le bien être animal dans son mode de production.  Or, la récolte de Gelée Royale implique des techniques d’apiculture intrusives et stressantes pour les abeilles, contre lesquelles des voix averties commencent à s'élever.

De plus, il convient d’être très prudent si l’on veut user de Gelée Royale dans le cadre de certaines maladies.

Voici quelques éléments objectifs qui vous permettront de faire le choix de consommer (ou pas) de la Gelée Royale en connaissance de cause. 

Savez vous vraiment ce qu'est la Gelée Royale?

Les abeilles collectent et/ou fabriquent de nombreuses substances utilisées par les humains pour leurs bienfaits nutritionnels et thérapeutiques : le pollen, la propolis, etc. Mais, après le miel, la plus connue d’entre elles est certainement la Gelée Royale, particulièrement recherchée en cette période hivernale pour les exceptionnelles vertus qui lui sont attribuées.


La Gelée Royale est un liquide de consistance gélatineuse à l’aspect laiteux, entièrement fabriqué les abeilles nourrices à partir de glandes spécifiques. Au sein de la ruche, les ouvrières et la reine, issues des mêmes œufs, ont exactement le même patrimoine génétique. Seule l’alimentation qu’elles recevront dés l’éclosion de leur œuf les mènera vers des destins différents : alors que les futures ouvrières ne seront alimentées de Gelée Royale que durant leurs trois premiers jours d’existence larvaire, la reine en sera nourrie exclusivement tout au long de sa vie.


Les puissantes propriétés de la Gelée Royale influent sur l’expression génétique de la jeune larve élue et la transforment en reine ; lui conférant une croissance rapide et à terme deux fois la taille d’une abeille ouvrière, une durée de vie 40 fois plus importante et surtout, le développement intégral de ses organes reproducteurs.

Fécondée une seule fois au début de sa vie adulte, la reine pourra, durant plusieurs années, pondre jusqu’à 2000 œufs par jour ; soit deux fois et demi le poids de son propre corps.


De récentes recherches, menées au Japon, ont démontré que le secret de l’extraordinaire vitalité que confère la Gelée Royale est notamment lié à la présence d’une protéine spécifique ; la royalactine.

Et vous savez comment est produite puis récoltée la Gelée Royale par les apiculteurs ?

Certains apiculteurs se spécialisent dans la production de Gelée Royale. Son principe est assez simple bien que technique.


A l’état naturel, la Gelée Royale est produite en quantité nécessaire pour l’alimentation des reines et des larves mais n’est jamais stockée dans la ruche. On la trouve uniquement en petites quantités dans les cellules royales, ponctuellement édifiées par les abeilles en vue d’élever une nouvelle reine.

Afin de stimuler une production de Gelée Royale suffisamment importante par la colonie pour pouvoir être récoltée, l’apiculteur producteur provoque un élevage royal à grande échelle.

Pour ce faire, il dispose de ruches consacrées à cette production, au sein desquelles il sépare les abeilles ouvrières de leur reine : elles sont « orphelinées ». 

L’apiculteur introduit alors dans la ruche orpheline un cadre spécial, équipé d’amorces artificielles de cellules royales dans lesquelles il a greffé, juste avant, de très jeunes larves d’abeilles ; cette manipulation est appelée « enlarvement ». Les nourrices, en mal de reine, provoquent alors par réflexe un élevage royal en alimentant ces larves avec de la Gelée Royale. 


Durant 3 jours, elles emplissent chaque alvéole royale de la précieuse substance afin de constituer un lit pour les futures reines. Puis elles couvrent la loge royale d’une opercule de cire afin que la nymphe puisse se transformer en reine dans l’intimité de sa cellule.


C’est à ce moment, alors que les cellules sont emplies de Gelée Royale, que l’apiculteur récolte les cadres pour les traiter en laboratoire. Les cellules royales y sont débouchées (désoperculées), les larves extraites (délarvage) et la Gelée Royale aspirée à l’aide d’une pompe.


Les cadres sont nettoyés et un autre élevage royal artificiel est soumis aux abeilles orphelines. Ce rythme de production peut être maintenu sans interruption durant 3 à 4 mois.


Afin de rentabiliser au maximum le rendement des ruches, les apiculteurs producteurs de Gelée Royale utilisent des lignées d’abeilles génétiquement conditionnées pour cette production; des reines de souches sélectionnées, élevées artificiellement (souches chinoise ect,…), inséminées en laboratoire avec du sperme de mâles présentant également de fortes dispositions génétiques. 

Réputées à haut rendement mais fragiles, ces souches nécessitent la vigilance et l’assistance permanente de l’apiculteur (traitements, nourrissements au sirop… etc.)

Vous avez dit « Gelée Royale BIO » ?

Décidément, il n’y a rien de « naturel » dans la production agricole de Gelée Royale : en conséquence elle fait subir aux abeilles un stress important et continu.

Dans certaines strates du milieu apicole, des voix commencent à s’élever contre cette récolte particulière qui nécessite des méthodes fortement intrusives et intensives.


De plus en plus d’apiculteurs cherchent aujourd’hui à pratiquer une apiculture plus respectueuse des abeilles. De leur coté, nombreux sont aujourd’hui les consommateurs sensibles aux conditions dans lesquelles est produite leur alimentation ; le respect du bien être animal dans le cadre la production agricole,  est l’un des arguments qui les incite à faire le choix de produits labellisés « BIO » (lire Miel BIO et alimentation Végan).


Dans ce contexte, il est bien dommage que la charte européenne pour l’apiculture biologique ne prenne pas plus en compte le sort qui est réservé aux abeilles productrices de Gelée Royale. Idem pour les mentions telles que Nature & Progrès, qui interdit tout de même l’utilisation d’abeilles trop spécialisées (de souches chinoises par exemple).

Les bienfaits d’une cure de  Gelée Royale : attention aux contres indications.

Gelée royale:contre indications

L’Apithérapie consiste à faire un usage thérapeutique des produits de la ruche : la Gelée Royale en est l’un des  produits phares.


Super-aliment revitalisant général pour l’organisme, de très nombreux bienfaits lui sont attribués ; réputée principalement pour ses vertus immunostimulantes, la Gelée Royale est préconisée contre les infections bactériennes, virales et fongiques, contre la dépression et l’anxiété, pour réguler certains troubles hormonaux, etc.


En matière de santé, cette précieuse substance pourrait être une panacée… Il convient cependant, comme avec tout produit actif, d’être très prudent. Parmi ses nombreux composants se trouvent des hormones en faible quantité (testostérone, œstradiol, progestérone) et des facteurs de croissance (notamment la royalactine).  S’il n’existe pas de preuve scientifique réelle quant aux effets de la Gelée Royale sur les tumeurs, des tests in vitro et in vivo semblent démontrer, selon le cancérologue Henri Joyeux, qu’elle stimulerait la prolifération de lignées cellulaires.


Il convient donc d’appliquer le principe de précaution en s’abstenant d’absorber de la Gelée Royale en cas de cancers hormono-dépendants (cancer du sein, cancer de la prostate, cancer de l’utérus ou des ovaires), y compris après une rémission.


Si vous décidez, malgré tout, de consommer de la Gelée Royale, il est recommandé d’en parler au préalable avec un médecin compétant en la matière et de privilégier la production française, pour laquelle les normes de qualité sont nettement supérieures à la Gelée Royale produite en Asie qui inonde le marché européen.